Walthéry rejoint le jury « Diagonale »
Affichage pour les mal voyants

Sports - Culture - Loisirs - 17.05.2016 - Marie-Claire Dufrêne

Le dessinateur et scénariste François Walthéry (Natacha…) a remporté le Grand Prix Diagonale BD pour l’ensemble de son œuvre, le 14 mai à la Ferme du Biéreau. Les Français Didier Quella-Guyot et Sébastien Morice sont repartis avec le Prix du meilleur album, pour « Facteur pour femmes » ; Jean-Michel Beuriot et Philippe Richelle, avec le prix de la meilleure série, pour « Amours fragiles ».


Le Prix Diagonale-Le Soir rassemble les auteurs de BD en octobre ou en mai, à Louvain-la-Neuve. Cette année, les distinctions étaient remises le 14 mai, à la Ferme du Biéreau.

Pour la deuxième fois, l’événement était rehaussé par l’organisation d’une fête de la BD, tout le week-end, dans le centre de la cité universitaire : spectacles équestres, mascottes Schtroumpfs et Yakari, bourse BD, fresque géante réalisée « en live », expositions (notamment la classe de Cédric, pour les 30 ans de la série)… sur le thème du western. Les séances de dédicaces ont connu un tel succès qu’elles ont parfois nécessité de faire la police. Merci aux chasseurs, collectionneurs et autres amateurs, qui ont attendu leur tour patiemment.

Grand Prix

La soirée de remise des prix - mise en scène par Eric De Staercke - a permis de découvrir les perles élues par le jury. Rappelons que celui-ci est présidé par le scénariste Jean Dufaux et qu’il est composé des auteurs Jean Van Hamme, Raoul Cauvin, Hermann, Dany, Jean-Claude Servais, Maryse et Jean-François Charles, Cosey, Yslaire, Etienne Davodeau, et du journaliste Daniel Couvreur.

Le dessinateur et scénariste François Walthéry a remporté le Grand Prix Diagonale BD pour l’ensemble de son œuvre. Ce qui lui vaut de rejoindre les rangs du jury.

« C’est un piège à cons, si je comprends bien ?! », s’est exclamé le lauréat, ravi de cette distinction, qui lui permettra de revoir régulièrement les copains. Jean Dufaux lui a assuré que la table de l’échevin de la Culture David da Câmara Gomes était excellente. « Remis par d’autres auteurs, c’est probablement le prix le plus sympathique que j’ai eu : s’ils ont tous voté pour moi, c’est qu’ils m’aiment encore un peu ?! » François Walthéry a dit apprécier ce côté « corps de garde » : les professionnels qui se retrouvent pour commenter les nouvelles productions et distinguer les meilleures d’entre elles.

L’album et la série

Les Français Didier Quella-Guyot et Sébastien Morice ont remporté le Prix du meilleur album, pour « Facteur pour femmes ». « Le fait d’être primés en Belgique, pour une BD qui est très Bretonne et pas très « école belge », est une valorisation particulièrement agréable », a reconnu Didier Quella-Guyot.

L’après-midi le scénariste et le dessinateur ont retrouvé des Belges déjà rencontrés lors d’une séance de dédicaces à Saint-Malo. « Je dédicace principalement en Bretagne, ils avaient fait le déplacement », s’est souvenu Sébastien Morice. « D’autres ont acquis l’album sans en avoir entendu parler, séduits par la couverture, la 4e de couverture, ou après avoir feuilleté quelques pages. Ils sont venus le faire dédicacer sans savoir que nous allions obtenir le Prix ! »

Jean-Michel Beuriot et Philippe Richelle - Prix de la meilleure série, pour « Amours fragiles » - ont été primés à Angoulême et Montréal, mais le Prix Diagonale les enchante davantage, en raison de la composition du jury : « c’est la reconnaissance de notre travail par nos aînés les plus illustres ! »

Le Prix est lié à l’organisation d’une « master class » à destination d’étudiants en bande dessinée. Pas de quoi inquiéter les lauréats, au contraire ! Jean-Michel Beuriot est professeur dans la section BD de l’IEPS de Jemappes-Quiévrain (cours du soir pour adultes), il est donc rodé à l’exercice, tandis que Philippe Richelle anime régulièrement des ateliers pour les élèves de 5e et 6e primaire.

Aux fans de la série, nous signalons que le Musée du Sport et de la BD, dans les couloirs du complexe sportif de Blocry, est riche de la reproduction d’une planche du tome 3 d’ « Amours fragiles », qui illustre le tennis. A (re)découvrir !
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer