Un musée pour ouvrir le cœur, l’âme et l’intelligence
Affichage pour les mal voyants

Sports - Culture - Loisirs - 16.11.2017 - Marie-Claire Dufrêne

Le nouveau « Musée L » a été inauguré le 14 novembre à Louvain-la-Neuve, en présence de la princesse Astrid. Le grand public est invité à le découvrir ces 18 et 19 novembre, à l’occasion du week-end d’ouverture. Accès gratuit, animations...


Elle a dû frémir, la directrice du musée universitaire de Louvain « Musée L » Anne Querinjean, en voyant la perche du preneur de son de Place royale survoler le cheval écorché anatomique, le flamant du Chili et le Christ des Rameaux !

Mais elle n’en a rien laissé paraître, en guidant la princesse Astrid dans les allées de son nouveau domaine. Enthousiaste, pour expliquer à sa visiteuse comment le bâtiment conçu par l’architecte André Jacqmain (l’ancienne bibliothèque des Sciences) a été rénové, afin d’accueillir les collections que l’Université a rassemblées au fil des siècles.

Instruments scientifiques, gravures, sculptures, objets de dévotion… la princesse a été émerveillée par la diversité des présentations. Les espaces d’ateliers l’ont particulièrement intéressée, qui permettront aux publics scolaires - notamment - d’exercer leur créativité. Elle a aussi interrogé la directrice au sujet des artistes, amateurs et collectionneurs privés, dont les donations ont enrichi les collections universitaires au fil du temps.

Le travail colossal d’une équipe motivée

A son arrivée, la princesse Astrid a été accueillie par le recteur et l’administrateur général de l’UCL, Vincent Blondel et Dominique Opfergelt, le bourgmestre Jean-Luc Roland, le commissaire d’arrondissement de la Province Christophe Baes, la directrice du musée, de nombreuses autorités locales, provinciales, régionales et fédérales, les autorités de l’UCL…

C’est la petite Juliette Floor, fille de la responsable des collections scientifiques du musée, qui a eu l’honneur de lui remettre un bouquet (notre photo).

La princesse a assisté à quelques discours, puis découpé le ruban inaugural, avant de s’entretenir avec les membres de l’équipe du musée.

« Ce que nous avons réalisé ? Non seulement la rénovation d’un bâtiment historique, mais aussi le financement du projet - avec l’aide de mécènes et partenaires généreux - la passation des marchés publics, les conceptions muséographique et scénographique, le conditionnement des œuvres, le déménagement, le soclage des objets, la fabrication des vitrines, les conventions d’assurance, la climatisation des locaux, les caméras de surveillance, la lumière, les ateliers, les sites internet… », a énuméré Anne Querinjean. « Ce projet nous a grandis en humanité et en compétences. Nous sommes fiers d’avoir collaboré à une création au service de la société. »

Un musée-maison d’hôtes

Vincent Blondel a rappelé comment le musée était né de la détermination de plusieurs générations de professeurs, chercheurs, recteurs… Ses prédécesseurs Marcel Crochet, Bernard Coulie et Bruno Delvaux étaient d’ailleurs présents, pour ce grand moment dans l’histoire de l’UCL.

Il s’est réjoui de ce que le Musée L sera un carrefour où se rencontreront différents champs de recherche. « Nous aimerions que cette magnifique installation suscite des vocations. » Il a garanti que dans ce lieu, la cloison serait peu étanche entre ceux qui apprennent, ceux qui enseignent et le grand public : familles, séniors, habitants, touristes… tous ont été pris en compte dans les outils imaginés par l’équipe du musée. « Ils seront accueillis dans cette maison d’hôtes destinée à ouvrir le cœur, l’âme et l’intelligence. »

Preuve de cette volonté d’ouverture : le musée sera accessible gratuitement, ces 18 et 19 novembre. Au programme : visites commentées, contes au cœur des collections d’art africain, ateliers par Scienceinfuse, conférences, concert… Le programme complet est à découvrir sur le site du musée: www.museel.be
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer