Tous concernés par le tri des déchets
Affichage pour les mal voyants

Mon environnement - 31.05.2012 - MC Dufrêne

Notre Ville multiplie les initiatives pour réduire la quantité de déchets


Ottignies-Louvain-la-Neuve est la seule ville de Wallonie à mettre des poubelles publiques de tri à la disposition de ses concitoyens.

« En mars 2011, deux poubelles de tri ont été placées au pied des escaliers de la Grand-Place de Louvain-la-Neuve, à côté des poubelles classiques », rappelle l’échevine de l’Environnement Cécile Lecharlier. « Le test s’est révélé positif. Nous avons donc placé 10 poubelles de tri supplémentaires aux principaux endroits de regroupement de la cité universitaire : la Grand-Place, mais aussi la place de l’Université, la place des Wallons et la place des Sports. Nous en avons également prévu une dans la zone verte traversée par le chemin Charlier à la Jambe de Bois, où le service Travaux vient d’aménager un espace de rencontre avec des bancs. Au dernier Conseil communal, nous avons décidé d'en commander encore 15 autres. »

Tout le monde semble enchanté de cette initiative, à commencer par le nettoyeur de quartier Jean-Pierre Servais, 22 ans de carrière au service Nettoyage de Louvain-la-Neuve (notre photo). Il se lève tous les jours à 4h30 pour ouvrir les barrières aux fournisseurs, dès 6h, avant de commencer sa tournée « poubelles ». Il y en a une septantaine à vider, dans le piétonnier.

« Beaucoup disaient que la tri, ça ne marcherait jamais. Pourtant, ça donne très bien. Avant d’évacuer les sacs PMC au parc à conteneurs, j’en vérifie le contenu pour retirer les déchets non autorisés. Il y en a peu : quelques emballages en carton et des bouteilles d’alcool en verre jetées par les étudiants de la nuit. »

Le tri des PMC sur l’espace public devrait permettre de réduire de 30 tonnes la quantité de déchets à incinérer, ce qui représentera une économie annuelle de l’ordre de 3000€.

L’échevine de l’Environnement se réjouit de ce succès, qu’elle attribue à un changement de mentalité/d’habitudes. Les habitants trient leurs déchets à domicile… ils sont prêts à le faire aussi dans l’espace public. Les étudiants sont motivés également, mais les locaux à poubelles des anciens immeubles communautaires sont souvent trop petits pour accueillir plusieurs conteneurs. Depuis la dernière rentrée académique, les étudiants peuvent déposer leurs déchets PMC et papiers/cartons dans un édicule de l’avenue de l’Espinette (Biéreau) et sur la voie Cardijn (Hocaille), le jour de la collecte. L’initiative semble porter ses fruits, même si certains déposent encore leurs sacs en retard (ou des sacs comprenant des déchets non autorisés).

Déchets inertes et boues

La Ville aussi pratique le tri sélectif. Dans son bâtiment administratif (PMC, cartouches d’encre, papiers/cartons…) et au service Travaux (déchets verts et déchets inertes).

« Nous évacuons des déchets inertes les plus « purs » possibles, pour réduire les coûts. Béton et tarmac propres peuvent être déposés gratuitement, car ils sont valorisés. On dépose aussi de la terre avec 5% de mélange, 20% de mélange, 50% de mélange… à un tarif qui varie suivant la « qualité » du dépôt », explique l’éco-conseillère Dorothée Hébrant. « Ce tri exige de disposer de beaucoup de place. Nous avons 7 ou 8 boxes d’environ 5m de large, 7m de long et 1,20m de haut, pour stocker les différents déchets à Ottignies. »

Depuis 2012, le service Travaux récupère les boues issues du nettoyage des avaloirs et du balayage. Elles sont d’abord placées dans un silo décanteur, avant d’être emportées (chaque semaine) et traitées par une entreprise agréée pour ce faire.

Déchets organiques et encombrants

Faut-il rappeler que la Ville organise une collecte des déchets organiques, depuis février 2010 ? De plus en plus d’habitants et institutions (les crèches (qui peuvent y déposer les langes), les écoles communales (pour les restes des repas chauds)…) y participent, pour réduire leur budget « poubelles ». Le coût des sacs verts (3€ pour 10 sacs de 25 litres) est en effet moins élevé que celui des sacs jaunes (10 € pour 20 sacs de 30 litres).

« Nous avons collecté 316 tonnes de déchets organiques en 2011. C’est sans compter les déchets organiques compostés au fond des jardins. »

L’échevine de l’Environnement estime qu’on pourrait faire encore mieux. Une réflexion est en cours, pour encourager les nombreux restaurateurs actifs dans notre ville à adhérer au système. L’un d’entre eux - le Chavignol, à Ottignies - a bien voulu tester un container de 240 litres pour déchets organiques, pendant deux mois. Il paie aujourd’hui une redevance de 300€ pour une vidange hebdomadaire, par le camion « bicompartimenté » de Shanks.

« Nous devons le rencontrer prochainement, pour évaluer cette expérience et voir comment convaincre d’autres restaurateurs, ainsi que les collectivités. Des contacts ont été pris avec le Bois des Rêves, le Centre neurologique William Lennox, la clinique Saint-Pierre… »

Il est encore trop tôt pour faire un bilan de la nouvelle collecte des encombrants. Comme treize autres communes du Brabant wallon, Ottignies-Louvain-la-Neuve propose désormais un service d'enlèvement à la demande. Assuré par l’IBW, il présente deux avantages : les habitants en profitent quand et autant de fois qu’ils le souhaitent… et la liste des objets récoltés est élargie.

« Même si ce nouveau service présente quelques contraintes - il faut prendre rendez-vous (0800 490 57), être présent le jour de l'enlèvement et s’acquitter d'une petite intervention financière (5€/m³) - les premiers bénéficiaires nous ont fait part de leur satisfaction. Ils ont trouvé confortable de pouvoir se débarrasser de leurs encombrants sans devoir se rendre eux-mêmes au parc à conteneurs. »

En plus, les encombrants valorisables sont récupérés par la Ressourcerie de la Dyle : tout bénéfice pour l’environnement !
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer