Dans les archives
Affichage pour les mal voyants

Sur la piste des anciens noms de la rue des Fusillés et de la rue de l’Invasion
dans les archives de la Ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve
(Maryse Roucou, octobre 2013)

A la veille des commémorations du centenaire de la Grande Guerre, certains se
souviennent peut-être que les actuelles rue de l’Invasion et rue des Fusillés commémorent
les terribles évènements de 1914. Mais quand a-t-on pris la décision d’attribuer ces noms à
ces rues ? Dans quelles circonstances ? Et comment étaient-elles dénommées
auparavant ? Sont autant de questions qui ont été adressées au Service des Archives de la
Ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve.

Cette enquête démarre avec l’hypothèse que les noms de ces rues ont été modifiés
après 1918.
Malheureusement, peu de documents datant de cette période semblent avoir été
conservés. Et si un dossier relatif à ce sujet en particulier existe encore, les archives n’ayant fait l’objet d’aucun classement ni inventaire jusqu’à présent, il sera très difficile à retrouver. Il faut dès lors suivre une autre piste.
La procédure actuelle pour la dénomination des rues fait l’objet d’un passage au Conseil
communal ; nous pouvons supposer que c’était déjà le cas à l’époque. Cependant, les registres de délibérations ne comportent pas d’index. Sans plus de précision sur la date, retrouver la décision qui sanctionne le changement de nom de ces rues est une tâche longue et fastidieuse. Il faut réduire le champ des recherches !

La première piste envisagée est celle des registres de Population. Les ménages y sont
« répertoriés » maison par maison, rue par rue, hameau par hameau. Ces documents comptent parmi les plus importants pour une commune ; ils ont donc été conservés. Les premiers volumes passés en revue sont logiquement ceux de 1910-1920. Le résultat est cependant peu concluant car ni la rue de l’Invasion, ni la rue des Fusillés n’apparaissent. La série suivante, 1920-1930, ne donne pas plus de résultat. Par contre, les volumes 1931-1946 comprennent bel et bien la rue des Fusillés et la rue de l’Invasion.
Ces volumes sont respectivement basés sur des recensements de 1920, 1930, 1947. La
présence des deux rues dans les volumes de 1931-1946 et leur absence dans les volumes
précédents laissent à penser que le changement a eu lieu après le recensement de 1930 et avant celui de 1947. Voilà qui réduit le nombre de décisions du Conseil communal à examiner…

La seconde piste envisagée est celle des registres de délibérations du Conseil
communal.
De nouveau, cette série de documents est bien conservée. Considérant les
informations recueilles précédemment, la première année examinée est 1930.
La séance du 6 mars 1930 mentionne que « Le Conseil décide de modifier le nom de certaines rues » sans autre précision. La vérification du registre des délibérations du Collège pour cette même année n’apporte rien de plus puisqu’il se contente de noter que ce point est inscrit à l’ordre du jour du Conseil.
D’une part, nous avons donc la certitude qu’à cette époque déjà les dénominations des rues
passaient au Conseil ; d’autre part, même en l’absence de détails quant aux rues concernées,
l’hypothèse d’un changement de nom aux alentours de 1930 semble se dessiner puisqu’aucune
autre décision de ce type n’a été trouvée jusqu’en 1947...

La troisième piste envisagée est celle des archives du Service Travaux. Ce service
s’occupe notamment des travaux et de l’entretien des voiries. Quelques dossiers « anciens » ont été conservés. Dans l’un de ces dossiers (1) figure un extrait de l’atlas des chemins vicinaux sur lequel nous pouvons reconnaitre l’actuelle chaussée de la Croix et l’actuelle rue de l’Invasion. Le document date de 1901 et reprend le dessin des parcelles de terrains enregistrées au cadastre ainsi que l’identité des propriétaires.
Cette liste est très précieuse car elle permet d’associer des noms d’habitants à la localisation
de la rue de l’Invasion.

Un retour aux registres de Population s’impose. Grâce à la liste précédemment découverte, nous retrouvons plusieurs familles dans les registres de Population de 1900-1910.
Aucun nom de hameau ou de rue n’est indiqué. Nous repérons à nouveau ces personnes dans un registre de 1910-1920. Le volume nous indique qu’elles habitent « chaussée de la Croix ». Certains de ces habitants ayant vécu jusqu’au recensement suivant, nous les retrouvons en 1920-1930 toujours à la « chaussée de la Croix ». La même constatation peut être faite pour la période 1931- 1946. A ce moment, ces personnes habitent « la rue de l’Invasion ».
Cette piste semble indiquer que le nom précédent de la rue de l’Invasion était « chaussée de
la Croix » et que le changement de dénomination a bien eu lieu aux alentours de 1930.

La quatrième piste envisagée est celle des archives du Service de l’Urbanisme. Ce
service gère la toponymie (2) et conserve également des dossiers « anciens » concernant les rues d’Ottignies. L’un de ces dossiers (3) contient le même type de plan que celui découvert dans les archives du Service Travaux mais cette fois pour la rue des Fusillés. Le document date de 1914 et reprend également la liste des propriétaires des terrains situés de part et d’autre de la rue.

Un nouveau retour aux registres de Population s’impose donc. L’association de la
liste des habitants et leur localisation certaine sur la rue devenue rue des Fusillés nous permet de suivre deux familles au travers des registres de Population 1910-1920, 1920-1930 et 1931-1946. Il en ressort que les dénominations successivement indiquées dans les documents sont les suivantes : chemin de Blanc-Ry puis hameau de Blanc-Ry et enfin rue des Fusillés.
Cette piste semble indiquer que le nom précédent de la rue des Fusillés n’était pas
spécifiquement établi et que le changement de dénomination a bien eu lieu aux alentours de 1930.

Un petit détour par les registres de l’Etat Civil. La collection des registres de l’Etat
Civil est également très bien conservée. L’exploration de cette nouvelle piste a pour but de
confirmer (ou non) les résultats obtenus précédemment (4) par la mention du domicile des habitants sur les actes de décès. Plusieurs constatations s’imposent :
- les actes de décès ne sont pas plus précis que le registre de Population quant à l’adresse
du domicile des défunts. Les actes les plus anciens (1910-1920) mentionnent « domicilié à
Ottignies » ou « domicilié au hameau … ». Les actes de la période 1920-1930 deviennent plus
précis. Nous trouvons désormais la mention du hameau et, dans certains cas, le nom de
la rue. Après juin 1930, nous assistons à une « révolution ». Désormais les dénominations
imprécises disparaissent et l’emploi des noms de rues se généralisent (5) ;
- les informations spécifiques aux personnes suivies dans les registres de Population,
même si elles n’infirment pas ce qui a été dit précédemment, ne permettent pas
d’apporter plus de précisions (6) ;
- les premières mentions de la rue des Fusillés et de la rue de l’Invasion apparaissent en
1931. (7)

Toutes les pistes exploitables actuellement ayant été explorées, notre enquête se
termine.
Elle nous a permis de découvrir que les premières mentions dans les documents officiels de la rue des Fusillés et de la rue de l’Invasion sont postérieures à 1930. Il est dès lors probable qu’elles aient fait partie des rues dont les noms sont modifiés en vertu de la décision prise par le Conseil communal le 6 mars 1930. (8)
Avant cette date, la rue de l’Invasion était dénommée « chaussée de la Croix ». Cet usage
est attesté au travers des registres de Population entre les années 1910 et 1930. Avant cette
période, nous pouvons penser que la rue n’était pas spécifiquement nommée mais simplement
désignée comme « hameau de la Croix ».
En ce qui concerne la rue des Fusillés, il est possible qu’elle n’ait pas été dénommée avant
1930. Elle était tout simplement désignée comme « chemin de Blanc-Ry » car il s’agissait
effectivement du chemin reliant le hameau du Tiernat au hameau de Blanc-Ry.
Au début du siècle dernier, Ottignies n’était encore qu’un village. Lorsqu’on parle de telle
personne habitant au hameau de la Croix ou sur le chemin reliant le hameau du Tiernat au hameau de Blanc Ry, on voit de qui il s’agit. La dénomination des rues au sens où nous l’entendons aujourd’hui n’est pas nécessaire car tout le monde se connait. Au fil du temps, l’usage de certains noms s’est cependant imposé. Apparaissent alors dans les registres de Population de 1910-1920 des noms tels que rue du Chemin de fer, rue du Pont, rue du Moulin,…

L’année 1930 marque un tournant. Nous assistons à l’officialisation de la dénomination des
rues d’Ottignies à travers la décision du Conseil et à travers la pratique attestée dans les registres de Population et d’Etat Civil. Pourquoi ? Nos recherches, qui se sont limitées aux archives de la Ville, n’ont pas permis de le déterminer. Un des éléments d’explication peut être l’augmentation de la population de la commune et, plus particulièrement l’arrivée d’étrangers (9), qui rend nécessaire la dénomination des rues car il est désormais devenu impossible de connaître tout le monde.
Pourquoi cette date en particulier ? Même si nous n’avons trouvé aucun élément accréditant cette hypothèse, rappelons que l’année 1930 célèbre le centenaire de la Belgique et a été l’occasion manifestations très diverses (10). Peut-être la (nouvelle) dénomination des rues en est un exemple ?
Après tout, l’un des nouveaux noms qui apparait à ce moment est « Place du Centenaire ».
Comment a-t-on choisi ces noms ? Y a-t-il eu débat à ce sujet ? Voilà encore quelques questions qui méritent d’être éclaircies mais pour lesquelles les archives de la commune d’Ottignies-Louvainla-Neuve ne peuvent fournir de réponse (actuellement).

(1). Le dossier « Chemin de la Croix : LXXV et n°33 – Entrepreneur Mr Henri Lien » est conservé dans une boîte intitulée « 865.11 – Travaux de voirie – Chemin n°75 – Anciens dossiers ».
(2). Le géographe de la Ville, Benoît Van Calbergh, n’avait cependant aucune information relative au changement de nom des rue de l’Invasion et rue des Fusillés dans ses dossiers.
(3). Le dossier est intitulé « 575.0/6 – Rue des Fusillés ».
(4). Le rapport du commissaire de l’arrondissement de Nivelles signale en 1924 au sujet des registres de population qu’ils ne sont « pas toujours tenus avec méthode et ponctualité ». Mémorial Administratif, 1925, p. 86 (annexe H). Dès lors, il nous a
semblé que deux sources valaient mieux qu’une.
(5). La même constatation a pu être faite pour les registres des naissances de cette période.
(6). Dans certains cas, les informations sont même moins précises car l’acte de décès mentionne simplement « domicilié au hameau de la Croix ».
(7). Et ce tant dans les actes de décès que dans les actes de naissances.
(8). Par la suite, nous avons découvert que Georges Romain signalait dans l’un de ses ouvrages que la rue de l’Invasion avait été ainsi rebaptisée en 1919. ROMAIN G., L’entité d’Ottignies, t. 2, 2007, p. 56. Les registres du Conseil ont été passés en revue de 1918 à 1930 sans qu’il y soit trouvé d’autre trace d’une décision similaire à celle du 6 mars 1930. De
plus, d’autres documents confirment que cette nouvelle dénomination n’était pas officiellement en usage avant 1930. Il est toutefois possible que les habitants désignaient la rue de l’Invasion comme telle avant l’adoption de ce nom par les autorités (9). En 1924, de nombreux cheminots viennent s’installer à Ottignies lors de la mise en service de la remise pour
locomotives et de son atelier de réparation. SCOPS Charles, Ottignies à travers les âges, 1975, p. 96. Cette augmentation de population se confirme par les données du Mémorial Administratif (1919-1920, t. 2, p. 364 ; 1925, p. 272 ; 1930, p. 304).
Ainsi, il est établi qu’Ottignies comptait 2902 habitants en 1918, 3188 habitants en 1924 et 3623 habitants en 1929, soit une augmentation de quelques 721 habitants en un peu plus de 10 ans.
(10). Même si l’exemple n’est pas valable pour Ottignies, certaines communes n’ayant pas encore de monument à la mémoire des morts de la Grande Guerre profitent des célébrations du centenaire pour s’en doter ;
http://www.commemorer14-18.be/index.php?id=lesoldatvictimehroque (consulté le 16 octobre 2013).

Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer
Nous contacter

Les services administratifs


Téléphone +32 (0) 10 43 60 00 Fax +32 (0) 10 43 61 09
Espace du Coeur de Ville, 2
1340 Ottignies-Louvain-la-Neuve

Les horaires

Les services Population - Etat civil et Urbanisme sont accessibles
Autres services
Les jours de fermeture 2017


Les échevins

Les conseillers

Les services