Schéma de Développement de l’Espace Régional (SDER)
Affichage pour les mal voyants

Hotel de Ville - Vie politique - 04.03.2014 - MC Dufrêne

Clôture d’enquête – avis de la Ville


Ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve
Conseil communal
séance du mardi 25 février 2014

Schéma de Développement de l’Espace Régional (SDER) –
clôture d’enquête – avis de la Ville


Considérant le document soumis à l’enquête publique du 29 novembre 2013 au 13 janvier 2014 concernant le nouveau projet de SDER,

Considérant que le SDER constitue un document d’orientation qui exprime les options d’aménagement du territoire et de développement durable du territoire de la Wallonie,

Considérant que le SDER servira ultérieurement dans la détermination des investissements publics prioritaires ou non affectés par le Gouvernement Wallon pour le développement du territoire de la Wallonie,

Considérant que le projet de SDER formule six défis (la démographie, la compétitivité, la cohésion sociale, la mobilité, l’énergie et le climat) qui sont mis en œuvre via cinq principes que sont l’utilisation rationnelle des territoires et des transports (utilisation parcimonieuse des ressources et des territoires), l’attractivité socio-économique et la compétitivité territoriale, la gestion qualitative du cadre de vie, la mobilité maîtrisée et le renforcement des centralités,

Considérant que le projet de SDER formule une série d’objectifs à atteindre répartis en quatre piliers,

Considérant que le premier de ces piliers, intitulé « répondre aux besoins des citoyens en logements et en services et développer l’habitat durable », vise à répondre au défi démographique et aux besoins accrus de logements tout en utilisant le sol avec parcimonie, ce qui implique de freiner l’étalement urbain tout en structurant le territoire de telle sorte qu’il contribue à réduire les distances à parcourir ainsi que la dépendance à la voiture individuelle ; cet objectif se traduit par la mise en place d’un maillage de territoires centraux (pôles, bourgs et villages), dont les potentiels de centralité seront développés, tout en envisageant des relations de complémentarité avec les territoires ruraux,

Considérant que cet aménagement durable des villes et villages vise aussi une urbanisation moins coûteuse et économe en énergie,

Considérant que cette urbanisation doit veiller à la présence d’équipements et de services accessibles, qu’elle doit favoriser la mixité des fonctions urbaines, ainsi que la mixité générationnelle et sociale, qu’elle doit contribuer à améliorer la qualité des espaces publics,

Considérant en particulier que les quartiers de gares des pôles sont des lieux stratégiques, qu’ils doivent accueillir des activités à forte densité d’emplois, de nombreux logements, ainsi que des services et des équipements (p. 20),

Considérant que la gare d’Ottignies est une des plus importante gare de Wallonie et qu’elle accueillera le RER, que la gare de Louvain-la-Neuve connaît une croissance très importante, qu’elle accueillera le RER, ainsi que le plus important parking de dissuasion de Wallonie, que la gare de Mousty se trouve sur la ligne 140 à proximité immédiate de la gare d’Ottignies,

Considérant que la Ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve a entrepris depuis plusieurs années diverses démarches visant à réfléchir et à orienter le développement de ses deux centres, notamment autour de leurs gares, que sont Ottignies et Louvain-la-Neuve, en s’inspirant des mêmes principes que ceux qui sont énoncés dans le projet de SDER et tels qu’évoqués ci-dessus,

Considérant en effet que le projet de master plan de la gare d’Ottignies et de ses environs élaboré en concertation entre Infrabel, la SNCB et la Ville poursuit très exactement ces objectifs, de même que le schéma général d’aménagement du centre d’Ottignies qui va débuter tout prochainement,

Considérant que la modification du plan de secteur de Louvain-la-Neuve et Chaumont-Gistoux adoptée tout récemment par le Gouvernement wallon poursuit également ces objectifs,

Considérant que le deuxième pilier du projet de SDER est intitulé « soutenir une économie créatrice d’emplois en exploitant les atouts de chaque territoire »,

Considérant que ce pilier se traduit par un premier objectif visant à créer un environnement favorable aux activités économiques en offrant des espaces d’accueil diversifiés,

Considérant que la récente modification du plan de secteur mentionnée ci-dessus rencontre cet objectif,

Considérant que ce deuxième pilier se traduit par un deuxième objectif visant à encourager l’émergence des secteurs participant à l’excellence wallonne ou contribuant à la diversité des emplois, objectif qui précise notamment que « la recherche scientifique est l’un des leviers de développement du plan Marshall 2.vert. L’ancrage territorial des pôles universitaires joue un rôle important dans le potentiel de redéploiement économique wallon »,

Considérant que la présence de l’Université à Louvain-la-Neuve entourée du plus important parc scientifique de Wallonie contribue largement à cet objectif et présente des possibilités de développement importantes qu’il conviendra de mettre en œuvre dans la logique des considérations du projet de SDER, et à la suite de la modification du plan de secteur,

Considérant que ce deuxième pilier se traduit par un autre objectif, intitulé « Wallonie, terre d’accueil pour le tourisme et les loisirs », que cet objectif se décline notamment en « renforcer l’attractivité des sites et des territoires touristiques urbains et ruraux », « amplifier la vocation touristique et culturelle des villes wallonnes », « développer l’hébergement touristique »,

Considérant que le seul site mentionné sur le territoire communal est le Domaine provincial du bois des Rêves,

Considérant que depuis l’adoption du précédent SDER en 1999, le site de Louvain-la-Neuve s’est considérablement développé, ce qui a permis notamment de mettre sur pied l’organisation de visites du site de Louvain-la-Neuve qui rencontrent un succès croissant,

Considérant que Louvain-la-Neuve offre un potentiel croissant et important sur le plan culturel et touristique, non seulement par la spécificité du site de Louvain-la-Neuve, mais aussi par son développement, que ce soit avec le musée Hergé ou le musée de Louvain-la-Neuve dont les collections se sont fortement enrichies et qui déménagera prochainement dans un bâtiment (anciennement occupé par la bibliothèque des sciences) emblématique de Louvain-la-Neuve qui lui donnera une vie nouvelle et une notoriété à la mesure des collections qu’il recèle,

Considérant que le troisième pilier du projet de SDER est intitulé « mieux aménager le territoire pour permettre le développement de transports durables », et prévoit notamment de structurer et optimiser les échanges routiers, et d’améliorer la sécurité routière,

Considérant qu’en raison de l’attractivité croissante exercée par Ottignies-Louvain-la-Neuve les problèmes de mobilité aux heures de pointe deviennent de plus en plus aigus, et ne feront que croître encore davantage dans le futur, quelques aménagements de voiries s’imposent d’ores et déjà, et principalement au carrefour de la RN 4 et de la RN 25,

Considérant qu’Ottignies-Louvain-la-Neuve partage totalement les objectifs du projet de SDER visant à diminuer la part de la voiture au profit d’une mobilité plus durable,

Considérant que cette option s’est traduite dans les recommandations du plan communal de mobilité, qui se sont concrétisées par de nombreux aménagements de voiries ces dernières années, ainsi que dans le plan communal cyclable de la Ville, reconnue ville « Wallonie cyclable »,

Considérant que le quatrième pilier du projet de SDER est intitulé « protéger et valoriser les ressources et le patrimoine »,

Considérant l’avis remis par l’Université catholique de Louvain dans le cadre de l’enquête publique,

Considérant qu’une concertation a eu lieu entre la Ville de Wavre et la Ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve ;

Considérant qu’elles partagent l’avis suivant :

A la lecture des critères ayant fait l’objet du classement des différentes villes en pôles secondaires, principaux, capitale ou majeurs du projet de développement de la Wallonie, les Villes de Wavre et d’Ottignies-Louvain-la-Neuve ne peuvent accepter que le projet de développement wallon néglige le développement de toute la province du Brabant Wallon en le considérant simplement comme la poursuite de la zone de développement de l’aire métropolitaine de Bruxelles, et néglige en particulier le dynamisme du bi-pôle Wavre - Ottignies-Louvain-la-Neuve comme pôle majeur du redéveloppement de la Wallonie.

En effet, ce bi-pôle brabançon remplit la quasi-totalité des critères énumérés pour être un pôle majeur (présence d’une des plus grandes gares voyageurs en termes de passagers montants et descendants, présence de 2 gares faisant partie du réseau RER, présence d’une des universités les plus importantes de la communauté Wallonie-Bruxelles, présence de services fédéraux et régionaux décentralisés, présence du siège de l’Exécutif provincial du Brabant Wallon et de l’administration provinciale, présence de plusieurs écoles supérieures ou hautes écoles de la Communauté Wallonie-Bruxelles, de plusieurs écoles secondaires et fondamentales des deux réseaux, présence d’un hôpital et de plusieurs polycliniques, présence d’une grande salle de congrès et d’un centre de congrès, existence de parcs d’activités économiques et scientifiques attractifs et accueillant la présence du siège de plusieurs grandes entreprises belges et internationales (GSK, AGC, Pfizer, IBA, Lhoist, Carmeuse,…), présence du plus grand centre sportif de la communauté Wallonie-Bruxelles, présence de musées à rayonnement international, présence d’un théâtre renommé internationalement, présence d’un centre culturel important, présence d’un complexe cinéma multi-salles, présence d’un grand centre commercial d’échelle régionale en centre-ville, etc, etc….).

Sa localisation à proximité immédiate du croisement de deux lignes ferroviaires importantes tant en trafic voyageurs que marchandises, à proximité de deux voiries régionales structurantes E411 et RN25, sa position à proximité de Bruxelles, capitale européenne, et de Namur, capitale régionale, en font une véritable « tête de pont » du dynamisme économique et culturel wallon en direction de Bruxelles qui se retrouve à concurrencer directement tant la région bruxelloise que la périphérie flamande proche de Zaventem pour l’implantation des grandes entreprises étrangères au cœur de l’Europe.

Le SDER se voulant également un outil de justification des actions politiques futures du gouvernement Wallon en matière de développement économique, touristique, du logement et des équipements communautaires, les Villes de Wavre et d’Ottignies-Louvain-la-Neuve revendiquent un statut de pôle majeur pour le bipôle Wavre – Ottignies-Louvain-la-Neuve, au même titre que celui accordé à « l’agglomération urbaine Charleroi – La Louvière – Mons » dans l’actuel projet de SDER.

Les Villes de Wavre et d’Ottignies-Louvain-la-Neuve demandent également que soit réintroduit dans les axes majeurs du développement l’eurocorridor Bruxelles-Namur-Luxembourg, tant dans le texte du SDER que dans la carte illustrant ledit texte, en page 67, où le tronçon entre Bruxelles et Namur n’est pas figuré.


PROPOSITION DE DÉCISION

Article 1er Le Conseil communal émet un avis favorable sur la vision de développement durable du territoire de la Wallonie telle qu’elle ressort essentiellement au travers des quatre piliers et des objectifs du projet de SDER ; il approuve également le rapport rédigé par le service urbanisme de la Ville qui porte plus particulièrement sur la partie intitulée « structure territoriale » du projet de SDER ;
Art. 2 Le Conseil communal demande que soit accordé le statut de pôle majeur pour le bi-pôle Wavre – Ottignies-Louvain-La-Neuve et que certains points du projet de SDER soient complétés dont, en particulier :
a) en matière de réseau ferroviaire : intégrer la mise en place de mesures d’amélioration acoustique et anti-vibratoires le long des axes de développement du trafic ferroviaire marchandises lors des traversées de zones habitées (comme par exemple les lignes 140 et 139 indiquées comme situées sur les grands axes ferroviaires européens pour le frêt) ; intégrer le renforcement de l’attractivité et des performances de la ligne voyageurs 161 entre Bruxelles et Namur ;
b) en matière de réseau routier : intégrer la réalisation de passage dénivelé au carrefour RN4/ RN25 à hauteur de Louvain-la-Neuve ; intégrer les projets de liaison RN25/E411 à hauteur de la sortie Wavre Nord ;
c) en matière de politique sectorielle du logement : intégrer le Brabant Wallon comme zone de forte pression immobilière, dans laquelle une politique régionale du logement doit être développée pour favoriser le maintien des populations locales dans la province par un mécanisme de facilitation de l’accession à la propriété d’un logement ;
d) en matière de politique sectorielle d’équipements publics : intégrer le Brabant Wallon comme zone de forte pression démographique, dans laquelle l’offre en équipements communautaires et en infrastructures publiques doit être adaptée aux besoins de la croissance observée en matière de population ;
e) en matière de politique sectorielle touristique : intégrer le bi-pôle Wavre - Ottignies-Louvain-la-Neuve dans les pôles touristiques, suite à la présence au sein de ce bi-pôle, outre du Domaine provincial du Bois des Rêves mentionné dans le texte actuel, du Musée Hergé, du Musée de Louvain-la-Neuve, du parc d’attractions WALIBI, du parc d’aventures de Wavre et du site de Louvain-la-Neuve.



Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer