Le Pôle d’Or à Valérie Bauchau
Affichage pour les mal voyants

Sports - Culture - Loisirs - 13.12.2016 - Marie-Claire Dufrêne

L’échevin de la Culture David da Câmara Gomes a remis le Pôle d’Or 2016 à la comédienne Valérie Bauchau, le 12 décembre au Centre culturel d’Ottignies.


Le Pôle d’Or est ce mérite culturel que notre Ville attribue chaque année à un artiste du Brabant wallon dont la notoriété rejaillit sur la province. Le 19e trophée était remis le 12 décembre au Centre culturel d’Ottignies.

« Le Brabant wallon ne met pas suffisamment ses artistes en valeur et devrait d’ailleurs oser se mettre en avant comme lieu de culture. Dans la construction d’une identité pour cette nouvelle province, il me semble que la culture est un élément beaucoup plus signifiant que cette étiquette un peu cliché de performance économique », a déclaré l’échevin de la Culture David da Câmara Gomes, à l’occasion de la cérémonie de remise du Pôle d’Or 2016. « Non seulement les artistes sont nombreux à vivre en Brabant wallon et à y exercer leurs talents, mais nombre d’institutions de valeur y produisent des œuvres artistiques de qualité. Le palmarès des Pôles d’Or successifs est un témoignage vibrant de cette réalité. »

L’échevin a cité les noms des artistes primés jusqu’ici avant de remettre le trophée - une sculpture originale de Lucienne Camus - à la comédienne Valérie Bauchau, d’Archennes.

« Une soixantaine de pièces, des milliers de pages lues et des centaines en mémoire, commencez-vous par dire pour résumer une vie de théâtre. Une soixantaine de pièces parmi lesquelles j’ai extrait quelques rôles clefs, de manière purement subjective, tant j’ai trouvé que vous aviez habité ces textes : "Quai Ouest" de Koltès, "Partage de midi" de Claudel, "Combat de nègres et de chiens" de Koltès, "Lucrèce Borgia" de Victor Hugo, "Loin de Linden" de Véronika Mabardi. »

La cérémonie, confiée à Frédéric Dussenne, a permis aux invités de (re)découvrir le travail et la personne de Valérie Bauchau. Frédéric Dussenne a été l’un de ses professeurs au Conservatoire d’art dramatique de Bruxelles et l’a mise en scène plusieurs fois depuis.

Filleule photographe

La particularité du Pôle d’Or est qu’il invite le lauréat à se choisir un(e) filleul(le) dans une autre discipline artistique que la sienne. Cette formule permet de soutenir (modestement) le secteur de la création artistique dans la Province. Le Centre culturel d’Ottignies intervient de manière originale en mettant en lumière le travail du ou de la filleul(le) dans sa programmation.

Valérie Bauchau a souhaité orienter les projecteurs sur le travail de la photographe Rosalie Colfs, d’origine belge mais qui réside désormais à Kinshasa.

Après l'Académie des Beaux-Arts, des études de stylisme, de graphisme et de nombreux voyages, c'est au Burundi que Rosalie Colfs a commencé son métier de photographe, par passion d'abord, par conviction ensuite.

Au départ, elle accompagnait simplement son mari qui avait un poste pour l’Agence de développement belge « CTB » et pensait ouvrir une table d’hôtes (elle n’a jamais vu le jour!). Très vite, elle a rencontré des artistes engagés qui lui ont fait découvrir l’art et la culture du Burundi.

Touchée par l'être humain tel qu'il est dans sa condition et dans sa globalité, elle essaie de faire paraitre l'histoire de son sujet à travers son regard.

« L'ouverture à l'art et à la culture est pour moi essentielle, c'est pourquoi j'aime faire de la ville un lieu d'exposition accessible à tous », explique-t-elle sur son site www.rosaliecolfs.org.
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer