Moins de 30€ la nuit
Affichage pour les mal voyants

Se loger - 01.02.2016 - Marie-Claire Dufrêne

Le Gîte d’étape de Louvain-la-Neuve abritera 114 lits pour touristes d’un ou de quelques jours, entre le Parc de la Source et la gare. Son ouverture est espérée au printemps 2018.


Les architectes du bureau FSV² (Bruxelles) affineront encore leur projet, pour répondre au mieux aux souhaits du maître d’ouvrage. C’est néanmoins leurs plans qui ont été retenus, parmi les 71 candidatures reçues suite à l’appel d’offre pour la conception du futur Gîte d’étape de Louvain-la-Neuve.

« Le CBTJ annonce une ouverture en 2019, mais nous sommes plus optimistes et prévoyons le printemps 2018 ! Les permis devraient être accordés à la fin de cette année et les travaux commencer au début 2017 », annonce l’échevin du Tourisme Benoît Jacob. « Nous nous réjouissons de l’ajout de ce maillon qui manquait à notre offre en logements. L’attrait de Louvain-la-Neuve, son contexte (touristique, sportif, économique…), sont tels que nous ne pouvions pas toujours répondre aux demandes émanant des mouvements de jeunesse, des groupes sportifs… Récemment, c’est un club de pétanque qui nous sollicitait, pour loger ses joueurs sur le site. »

Louvain-la-Neuve accueillera le premier et unique Gîte d’étape du Brabant wallon. Le CBTJ exploite déjà un gîte à Wauthier-Braine, mais il n’est accessible qu’aux groupes. Le gîte de Louvain-la-Neuve proposera des chambres de 2 à 4 lits, équipées chacune de sanitaires. Il y aura aussi quelques dortoirs (8 lits) et deux chambres aux normes pour les Personnes à Mobilité Réduite (PMR), avec salle de bain adaptée sur le plateau. Au total : 114 lits, dans les chambres de 15m² (hors salle de bain) en moyenne, sur 4 étages.

Coût total : 4.714.162€.

Les premières esquisses du projet, et sa maquette, étaient présentées à la presse le 1er février, en présence du ministre wallon du Tourisme René Collin. Egalement ministre des Sports, celui-ci a rappelé comment le centre sportif de Blocry attirait énormément de monde. Quand la piste d’athlétisme «indoor» sera construite, et le nouveau dojo, la fréquentation va encore augmenter.

« Tous ces jeunes qui viendront pour des entraînements, des stages, des compétitions… chercheront à se loger à proximité. Ils s’ajouteront aux étudiants qui préfèrent rester sur le site en période d’examens, à leurs familles en visite, aux touristes qui découvrent la province… »

Le ministre s’est étonné du fait que Louvain-la-Neuve ne disposait pas encore de ce type d’infrastructure alors que Liège, Tournai, Namur… en sont pourvues.

La Wallonie assumera plus de la moitié de l’investissement : 2.410.128€, pour un total de 4.714.162€.
L’UCL a mis son dernier terrain disponible dans le centre à disposition, preuve de sa motivation pour ce projet.

« S’il avait fallu acheter le terrain, l’investissement eut été beaucoup plus élevé », remarque le prorecteur aux Affaires régionales Marc Francaux. « Nous sommes ravis de ces projets que nous menons avec la Ville au bénéfice à la fois de la communauté universitaire, des citoyens d’Ottignies-Louvain-la-Neuve et de la région toute entière. Le Gîte d’étape contribuera à répondre à la volonté de mixité sociale et internationale reprise dans notre Plan stratégique « 20-20 » pour une université d’excellence. »

Entre 12 et 28€ la nuit

Le secrétaire général des Gîtes d’étape Benoît César a décrit le public qui fréquente les gîtes : familles, organisations de jeunes, écoles, colonies de vacances… Des personnes qui cherchent à se loger pour un coût peu élevé et qui apprécient la vie en collectivité.

« Nous sommes soucieux de l’ouverture aux autres : aux personnes différentes (d’où notre volonté de disposer d’infrastructures accessibles aux PMR) et à la population locale. Avec la Ville et l’UCL, nous étudierons comment proposer des activités qui marqueront durablement le séjour des « gîteurs ». »

Le coût de la nuit ? Entre 12 et 28€ sans doute, suivant le type de public, la période de l’année…

L’équipe en charge de la gestion du gîte sera constituée d’une dizaine de personnes au moins. L’échevin du Tourisme Benoît Jacob imagine qu’il pourrait s’agir de personnes sous statut «Article 60», en collaboration avec le CPAS.

Les architectes Jean-Philippe Ferrière et Alain Schmidt, du bureau FSV², ont expliqué comment leur projet exploitait la forte déclivité de la rue de la Gare et la forme singulière du terrain, pour proposer un bâtiment fonctionnel, s’intégrant parfaitement dans son environnement.

« Nous avons porté une attention particulière aux économies d’énergie, pour atteindre une performance presque passive. L’eau de pluie sera récupérée pour alimenter les WC et pour l’entretien. L’éclairage sera en système « LED ».»

On ne sait pas encore si les matelas seront durs ou mous (ce détail a son importance, parole de «gîteuse» !), mais on peut déjà vous annoncer que les techniques seront masquées par des panneaux en bois, qui donneront de la chaleur aux espaces. Un système d’accès automatique sera étudié, pour les arrivées tardives.
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer