Lutter contre le tapage : une priorité
Affichage pour les mal voyants

Services communaux - 06.06.2016 - Marie-Claire Dufrêne

Notre zone de police maîtrise la plupart des phénomènes auxquels elle est confrontée : cambriolages, criminalité de rue… Malheureusement, les nuisances sonores ne cessent d’augmenter, surtout à Louvain-la-Neuve. Leurs auteurs se verront plus facilement infliger des sanctions administratives.


Le bourgmestre Jean-Luc Roland et le chef de notre zone de police Maurice Levêque ont présenté les résultats 2015 du Plan Zonal de Sécurité à la presse, le 6 juin. En présence du procureur du Roi Jean-Claude Elslander.

De manière générale, les chiffres sont encourageants, avec une diminution des cambriolages (-12%), des vols avec violence (-20%) et des dégradations sur le domaine public (-10%).

Malheureusement, les plaintes pour tapage continuent d’augmenter, surtout la nuit à Louvain-la-Neuve (796 appels en 2015, pour 666 en 2014, 629 en 2013, 541 en 2012).

« Il s’agit de tapage sur la voie publique, mais aussi dans les immeubles », précise le chef de zone. « Le quartier de L’Hocaille est particulièrement problématique. »

« Nous avons organisé des campagnes de sensibilisation par affichage… avec un résultat proche de zéro », regrette le bourgmestre. Jean-Luc Roland espère que la récente modification de la loi sur les sanctions administratives - le procureur du roi s’est dessaisi des petites incivilités, dont celle-là - aura les conséquences attendues. « La façon de rédiger les PV étant simplifiée, nos policiers ne devraient plus hésiter à verbaliser les auteurs de nuisances sonores. Le délai sera raccourci entre le constat et l’infliction de la sanction. »

Evidemment, la sanction n’est pas forcément la réponse. Parfois le bruit a disparu quand la police arrive, ou celle-ci ne parvient pas à en déterminer l’origine, ou encore, il s’agit d’un bruit autorisé (une sono lors d’un événement, par exemple). Souvent aussi, les habitants subissent sans se plaindre : les voisins sont bruyants mais on n’ose rien dire…

« Nous devons réussir ce combat contre les violences sonores, c’est une priorité. Pour ceux qui les subissent, ne pas pouvoir dormir est une torture », annonce Maurice Levêque.

Sécurité routière

Notre police est appelée en intervention (« police secours ») 6500 fois par an en moyenne. Autant à Ottignies-Limelette-Céroux-Mousty qu’à Louvain-la-Neuve en journée ; beaucoup plus à Louvain-la-Neuve la nuit (surtout entre 23h et 1h du matin).

« Dans le top 3 de nos interventions figurent les problèmes routiers (20%), les nuisances sonores (13%) et les vols (11%) », indique le chef de zone.

La sécurité routière est une priorité depuis plusieurs années. Les contrôles (vitesse et alcool), la présence de radars (préventifs et répressifs)… ont fait chuter les statistiques.

« On doit aussi ces chiffres encourageants aux aménagements (casses-vitesse, sécurisation des passages pour piétons…). L’avis de la police est sollicité pour la plupart des chantiers qui sont sous la supervision de la Ville. Le service Travaux compte plusieurs conseillers en mobilité. »

La RN238 continue d’être un point noir, même si la vitesse y est désormais limitée à 70km/h (les deux radars ont permis de verbaliser 6377 automobilistes en infraction, en 2015). Son revêtement pose problème en cas de pluie. Le Service Public de Wallonie (SPW) a déjà procédé à des améliorations, notamment au niveau des bretelles de sortie.

« Quelque 16% des accidents impliquent des usagers sous influence de l’alcool. Lors de la dernière campagne Bob hiver, nous avons procédé à 612 tests, dont 30 se sont avérés positifs. Nous avons tenu à maintenir ces contrôles, malgré la menace terroriste et son impact sur notre travail », détaille Maurice Levêque. « Trop d’accidents impliquent des usagers faibles. L’infrastructure n’en est pas la cause, mais généralement la distraction, dans le chef des cyclistes ou des automobilistes qui ne les ont pas vus. »

Le bourgmestre Jean-Luc Roland ajoute qu’en matière de sécurité routière, la modification de la loi sur les sanctions administratives devrait avoir un effet bénéfique également: les contrôleurs de la zone bleue (et plus seulement la police) vont pouvoir sanctionner le stationnement gênant et dangereux.

Moins de cambriolages

On peut se réjouir de la diminution du nombre de cambriolages (la tendance vaut pour l’ensemble de l’arrondissement), mais ce type de criminalité - due aux délinquants locaux et aux bandes itinérantes - est très volatil. 52% des cambriolages ont lieu à Ottignies-Limelette-Céroux-Mousty (dans les quartiers calmes ou à proximité des gares) ; 48% à Louvain-la-Neuve (beaucoup de vols simples dans les kots, sans effraction : les étudiants oublient de fermer leurs portes et/ou fenêtres).

« On rappelle les consignes de sécurité aux étudiants, chaque année, à l’occasion de la « grand-messe » de rentrée. L’UCL le fait aussi, ainsi que les gérants des kots. Mais les jeunes sont distraits ou désinvoltes. Les copains entrent et sortent, GSM et PC portables sont emportés facilement. »

La police informe également les personnes âgées. L’après-midi « N’ouvrez pas à n’importe qui » organisée à leur intention, à la Ferme du Douaire, a remporté un grand succès. Il y était question notamment du vol par ruse.

« Au niveau de l’arrondissement, nous réfléchissons à de nouvelles mesures pour lutter contre les bandes qui viennent des pays de l’Est. », annonce le procureur du roi. « Nous aimerions équiper les frontières de la province de caméras ANPR pour la reconnaissance automatique des plaques, afin d’aider à identifier les véhicules, dans le cadre de la criminalité itinérante. Souvent ils ne restent que 24 ou 48h, le temps de vider une rue. Notre projet avance, mais il est coûteux ! »

La police continue de surveiller les maisons inoccupées (à la demande des habitants qui partent en vacances), renseigne au sujet des moyens de techno-prévention, effectue des revisites après les cambriolages… Elle mène des opérations de « bouclage de quartiers » et encadre trois Partenariats Locaux de Prévention (PLP, « Les voisins veillent »).

Trop de coups et blessures

En matière de criminalité de rue, on constate une baisse du nombre de vols à main armée (6, en 2015) et de vols avec violence mais sans arme (52, en 2015).

Néanmoins, le nombre de faits de coups et blessures volontaires reste important (186 en 2015). En journée, la gare d’Ottignies est particulièrement touchée. Il faut préciser que les statistiques reprennent les resquilleurs et/ou auteurs d’actes de violence envers les voyageurs et/ou les contrôleurs, que la police interpelle à la sortie des trains). Le chef de zone estime que la présence de deux membres de la police des chemins de fer en gare d’Ottignies allègerait la charge de travail des policiers de la zone.

La nuit, les coups et blessures se produisent majoritairement à Louvain-la-Neuve.

« Le facteur « alcool » est présent. Sous influence, l’auteur ne se maîtrise plus et la victime est un oiseau pour le chat », constate Maurice Levêque. « On fait tomber, on casse un nez… »

Compte tenu de ce qui est rapporté à la police, on ne peut pas prétendre que les faits de violence sexuelle sont particulièrement élevés dans la cité universitaire (moins d’une dizaine par an). Cependant, on est bien conscient qu’il existe un chiffre noir : beaucoup de choses se passent entres les jeunes, consenties ou pas. L’alcool aidant, les souvenirs sont parfois flous.

« Maturité »

Le procureur du roi a découvert les statistiques 2015 à l’occasion du Conseil Zonal de Sécurité, en début d’année. Il applique le terme « maturité » à notre zone de police, qui maîtrise la plupart des phénomènes. « A l’instar des autres communes de l'arrondissement, à ceci près que vous avez à gérer les étudiants en plus de votre population domiciliée. Cela rend le travail policier plus compliqué - avec des phénomènes comme le tapage nocturne, typiques à Louvain-la-Neuve - mais vous l’assurez avec qualité. »
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer