Les serres les plus performantes d’Europe
Affichage pour les mal voyants

Apprendre - 21.03.2014 - Marie-Claire Dufrêne

L’UCL a rénové ses serres d’agronomie. La nouvelle infrastructure - inaugurée le 21 mars - combine les dernières technologies en matière d’isolation, d’éclairage et de biosécurité, avec des performances énergétiques sans précédent.


Lumière rose/mauve dans les nouvelles serres de l’UCL ? Ce n’est pas pour customiser l’avenue du Jardin Botanique !

« La chlorophylle (le principal pigment nécessaire à la photosynthèse) absorbe la lumière dans les spectres rouge et bleu. Le nouvel éclairage LED - qui n’envoie que des rayonnements rouge et bleu - va nous permettre d’alléger notre facture d’électricité de 70% ! »

Xavier Draye, professeur au « Earth & Life Institute » de l’UCL, est ravi de nous présenter les serres les plus performantes d’Europe, résultat de plus de 3 ans d’études et un an de travaux. Vastes de quelque 2000m² (dont 1500m² d’espaces de culture), elles comptent 33 compartiments, la plupart au niveau de biosécurité « G2 », pour pouvoir y travailler avec des plantes transgéniques ou malades, sans risque de contamination à l’extérieur.

« Le niveau G2 exige des moustiquaires en toiture, qui empêchent le passage des insectes, mais laisse passer le pollen (à l’inverse du niveau « G3 »). Nous avons aussi mis en place un système de désinfection des eaux usées », détaille le professeur.

L’UCL a opté pour du double vitrage, malgré un surcoût de 15%. Couplé à une dalle isolée, cela permettra de réduire la facture de chauffage de 2/3 également. La chaleur sera conservée à l’intérieur durant la nuit, grâce à une toile réfléchissante placée sous le toit. Des stations météo dans chaque compartiment ainsi qu’une station extérieure assureront un contrôle climatique optimal. C’est qu’il faut pouvoir créer des conditions tropicales même en hiver !

4,6 millions d’euros

Les anciennes serres, construites en 1974, présentaient de nombreux défauts. Non seulement les frais (chauffage, électricité, entretien…) étaient prohibitifs, mais il n’était pas rare de voir les chercheurs recommencer jusqu’à cinq fois leurs expériences, pour cause de conditions inadéquates.

« Des serres qui n’étaient pas vertes, c’était un non-sens ! », remarque le recteur Bruno Delvaux. « Nous avons décidé d’investir dans une infrastructure de très haute technologie, en reprenant le meilleur des expériences menées en Belgique - à la KUL notamment - et à l’étranger. »

Coût de l’opération : 4,6 millions d’euros, dont 3,6 millions financés sur fonds propres et 1 million injecté par le FNRS, pour assurer la dimension interuniversitaire. En effet, les universités de la Fédération Wallonie Bruxelles se sont engagées dans la mise en place d’une plateforme technologique d’espaces de culture pour la recherche et l’enseignement, regroupant des installations complémentaires sur les sites de Louvain-la-Neuve (les serres), Gembloux, Liège et Bruxelles.

« Chaque année, ce sont quelque 300 étudiants qui passent une vingtaine d’heures dans nos serres, pour y étudier ce qu’il est difficile d’observer sur le terrain », précise Xavier Draye. « L’une des recherches menées actuellement consiste à analyser comment certaines plantes – le Miscanthus et le chanvre textile – arrivent à résister dans des sols contaminés aux métaux lourds. » (notre photo)

Les serres abritent aussi plusieurs collections de plantes et champignons remarquables.

Une partie des serres est ouverte au public, du 24 au 30 mars, dans le cadre du Printemps des Sciences. L’UCL organise également des visites guidées pour les petits groupes, sur demande.




Site internet UCL




Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer