Les chercheurs vulgarisent
Affichage pour les mal voyants

Apprendre - 16.03.2016 - Marie-Claire Dufrêne

Quatre de nos habitants ont participé, le 15 mars, à la finale UCL du concours « Ma thèse en 180 secondes ». Ludivine Van Den Biggelaar a été sélectionnée par le jury, avec trois autres chercheurs, pour représenter l’Université - et notre ville ! - à la sélection nationale, en mai.


Vulgariser - avec justesse, clarté et concision - ses travaux de recherche, pour qu’ils soient compréhensibles pour un grand nombre de personnes : c’est l’objet du concours « Ma thèse en 180 secondes ».

La 3e édition de la finale UCL se déroulait dans un auditoire de la place Croix du Sud (Louvain-la-Neuve), le 15 mars. Devant un public constitué de chercheurs, professeurs, promoteurs… mais aussi des familles, collègues et amis, venus soutenir les treize candidats à l’exercice.

« Ce concours n’a de sens que s’il y a du monde pour l’écouter » a constaté Marie Welsch, de l’Administration de la Recherche UCL. « Nous remercions ces doctorants et jeunes chercheurs qui ont accepté d’ajouter une corde à leur carrière scientifique, celle de la communication. 180 secondes pour expliquer une recherche de plusieurs années, c’est un vrai défi ! »

La coordinatrice a rappelé les règles du concours, qui permet aux candidats d’illustrer leurs propos par une image, fixe.

« Le jury va évaluer les talents d’orateur (la voix, le rythme, la gestuelle), la clarté des propos, la passion ; l’originalité du titre vulgarisé, la qualité de l’image. Le public pourra voter pour ses trois candidats préférés. »

Quatre de nos habitants

Quatre Néolouvanistes étaient dans la course.

« C’est l’occasion d’échanger avec d’autres chercheurs. Découvrir les thématiques des recherches dans des domaines différents, expliquer l’intérêt de sa propre étude », remarquait Alan Barrea. Néolouvaniste depuis un an et demi, ce Bruxellois d’origine nous a confié qu’il participait volontiers aux soirées jeux organisées le 3e vendredi de chaque mois à la Ferme du Douaire (Ottignies).

« Une ville piétonne, ça change la vie ! ». Installé dans notre ville depuis septembre dernier, Benjamin Roux, originaire de Tourcoing, se souvient d’avoir été ému du sort réservé aux « bleus », au début de l’année académique. Il a passé l’âge des fêtes étudiantes et apprécie plutôt la qualité des conférences données sur le site. Il anime aussi des groupes de pleine conscience.

Clotilde Pierson connaît particulièrement bien Louvain-la-Neuve, pour avoir vécu au quartier des Bruyères avec ses parents, en kot au Biéreau et à Blocry aujourd’hui. Après ses humanités au lycée Martin V, elle a fait des études d’ingénieur civil architecte à l’UCL. Elle a effectué un stage de six mois au sein du bureau d’architectes La Verte Voie à Ottignies, avant de décrocher une bourse FNRS qui lui a permis de se lancer dans la recherche à temps plein.

Ludivine Van Den Biggelaar, domiciliée aux Bruyères depuis septembre, est la seule de nos habitants à avoir été retenue par le jury, pour sa présentation « Des enzymes collées sur des blocs : une équipe de choc pour faire des médocs ! ». Elle effectue actuellement sa 2e année de doctorat à l’UCL. Bruxelloise d’origine, elle connaît cependant bien notre ville, pour avoir été la présidente du kot-à-projet Kotangente, qui propose des séances d’aide en maths et physique aux étudiants de première année et participe à la promotion des sciences sur le site.

« J’aime Louvain-la-Neuve, où il y a les amis, de chouettes soirées… et une administration communale efficace ! J’ai eu une très bonne impression, lors de mon inscription. »

Sympa Ludivine ! On croisera les doigts pour toi lors de la finale nationale, le 26 mai.

Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer