L’esplanade et autres : gelés pour 3 ans ?
Affichage pour les mal voyants

Hotel de Ville - Vie politique - 04.09.2017 - Marie-Claire Dufrêne

Le Collège communal souhaite avoir une vue d’ensemble sur l’avenir de la zone qui fera la jonction entre l’hyper centre de Louvain-la-Neuve et les quartiers de La Baraque et Courbevoie (compris l’extension du centre commercial de L’esplanade). Il proposera au Conseil du 12 septembre d’approuver la réalisation d’un Schéma d’Orientation Local (SOL) à cet endroit. Les projets pourraient être gelés pour 3 ans.


C’est l’échevine de l’Environnement Julie Chantry qui en a eu l’idée. Alors que la Ville voyait arriver «plic-ploc» une série de demandes de permis de bâtir (pour l’extension du centre commercial de L’esplanade, mais aussi pour des ensembles de logements, des bureaux… des projets chacun d’une envergure certaine), comment assurer l’harmonie de l’ensemble ? En lançant un Schéma d’Orientation Local (SOL, ex-PCA), pourquoi pas ?!

La zone concernée comprendrait le périmètre compris entre la place de l’Accueil, l’avenue George Lemaître d’un côté et la résidence de Lauzelle de l’autre, jusqu’à la passerelle du futur quartier Courbevoie.

« Nous demanderons au Conseil communal du 12 septembre de se prononcer sur le principe et le périmètre de ce SOL », annonce le bourgmestre Jean-Luc Roland.

« Nous voulons renouer avec l’esprit de Louvain-la-Neuve, qui a toujours été d’avoir une vision et des plans qui fixent celle-ci », explique le Premier échevin en charge de l’Urbanisme Cedric du Monceau. « Un développement harmonieux implique un dialogue entre tous les acteurs (Ville, habitants, UCL), pour déterminer comment terminer la ville. Il nécessite aussi des investissements publics. »

Consulter les habitants

Pour accompagner l’élaboration de ce SOL, le Collège souhaite lancer un processus participatif, à l’image de celui organisé récemment dans le cadre du Schéma général d’aménagement du centre d’Ottignies.

« Le Code du Développement Territorial (CoDT) wallon prévoit une enquête publique, mais nous souhaitons aller plus loin », insiste l’échevin de la Participation Michel Beaussart. « Nous avons proposé à la minorité de travailler avec nous, car nous ne savons pas de quoi l’avenir sera fait : des élections doivent avoir lieu dans un an. »

Le Collège va proposer de reconduire le Comité de pilotage qui a préparé la consultation citoyenne sur le projet d’extension de L’esplanade. Le Comité sera chargé de préciser les modalités pour ce nouveau processus de participation.

« Pour en assurer l’efficacité, nous ferons certainement appel à un consultant professionnel habitué à gérer autant de participants différents. »

L’échevin de l’Urbanisme Cedric du Monceau ne désespère pas d’impliquer Wavre dans la réflexion - « Il est question du développement d’un pôle régional… pour les gens, peu importent les frontières communales ! » - mais jusqu’à présent, les autorités de Wavre n’ont pas saisi la main tendue.

Le contexte

Le Collège préfère cette solution à celle qui lui a été faite à plusieurs reprises depuis la consultation populaire de juin, à savoir, modifier une nouvelle fois le Schéma de Structure Communal (SSC).

« Le nouveau SSC a été adopté par le Conseil communal en février dernier. La Région ne l’a pas encore approuvé, mais si nous y apportons des modifications, il faudra repasser par l’enquête publique, sous peine d’essuyer des recours. Ce serait la 3e fois : illisible pour la population », précise le bourgmestre. « Fragiliser le futur document, ce serait risquer de revenir à l’ancienne version du SSC. »

Jean-Luc Roland évoque aussi la demande du promoteur Klépierre, arrivée le 12 juillet, pour la prorogation de son permis socio-économique (projet d’extension de L’esplanade).

« Il semble qu’ils tombent sous le coup de la nouvelle législation wallonne : la durée du permis socio-économique passant de 4 à 3 ans, la péremption du permis (NDLR : octroyé par le Collège en septembre 2014) est fixée au 18 septembre prochain. La nouvelle législation prévoit par ailleurs que la décision de le proroger ou non n’est plus du ressort du Collège mais bien du Fonctionnaire régional des implantations commerciales (FIC). Nous attendons la décision de l’Administration régionale, d’un jour à l’autre. »
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer