Jeunes peintres motivés !
Affichage pour les mal voyants

Enfance - Jeunesse - 04.08.2016 - Marie-Claire Dufrêne

« Eté solidaire » permet aux communes et CPAS d’engager des jeunes (15-21 ans), en juillet-août, pour réaliser des petits travaux dans leur environnement proche. A la rentrée, les utilisateurs du local communautaire de Lauzelle n’en croiront pas leurs yeux : les rideaux ont disparu, la couleur des murs est en train de changer…


La Ville et le CPAS d’Ottignies-Louvain-la-Neuve ont engagé 38 jeunes, dans le cadre de l’opération «Eté solidaire» financée par la Région wallonne.

Amandine Auquier et Olivier Dangriau, 16 ans, d’Ottignies, travaillent au réaménagement du local communautaire de Lauzelle, jusqu’au 12 août. Avec enthousiasme !

« Nous avons commencé par retirer les rideaux, ce qui a causé des trous : avant de peindre, nous avons donc appris à plafonner », raconte Amandine. « Je suis ravie de cette première expérience de travail. Je me souviens combien j’étais stressée, lors de l’entretien d’embauche. »

Olivier avoue qu’il n’était pas plus rassuré : rencontrer un échevin à l’hôtel de ville, c’est impressionnant. « J’avais déjà postulé l’an dernier, mais sans succès. Je devais donner une meilleure image de moi. »

L’échevin impressionnant - Benoît Jacob, en charge de la Jeunesse - explique comment il doit faire une sélection parmi près de 100 candidatures. Il peut compter sur l’aide de Steve Evrard, animateur de la Cellule de Développement Communautaire (CDC) de la Ville. Ensemble, ils retiennent les profils les plus adéquats, en favorisant la mixité (garçons et filles, mixité sociale…).

« Pour donner leur chance à un maximum de jeunes, nous n’engageons jamais deux fois la même personne. Si un jeune repostule alors qu’il n’a pas été retenu l’année précédente, c’est une preuve de motivation. »

Les contrats valent pour 15 jours, dont 10 « ouvrables ». Le salaire de base, financé par la Région (6€), est complété par la Ville, pour atteindre environ 9€/heure.

Rapprocher les générations

Les jeunes travaillent pour la Régie des quartiers de Mousty, la Ferme équestre, la maison des jeunes « Centre Nerveux », le Comité des Fêtes de Wallonie, l’immobilière sociale « Notre Maison », le Centre Sportif Local Intégré (CSLI)... sous la supervision de la CDC.

Sept d’entre eux ont travaillé pour l’AMO La Chaloupe et le CPAS, la première quinzaine de juillet, à la Résidence du Moulin d’Ottignies. Les matinées étaient consacrées au volet « chantier » (peinture, aide en cuisine…) ; les après-midi, au volet « animation ».

« Les jeunes et les résidents du Moulin ont appris à se connaître grâce à divers jeux de présentation », détaille le président du CPAS Jacques Duponcheel. « Les premiers ont fait découvrir la Wii aux seconds, qui eux, ont appris aux premiers à tricoter. Ils ont passé une journée à Nieuport, où ils ont fait du cuistax : les jeunes conduisaient et les seniors profitaient ! Tout le monde est revenu enchanté de l’excursion. »

Deux jeunes travaillent actuellement pour le Cercle d’histoire local Chago : ils rénovent (nettoyage, peinture, maçonnerie) la fontaine de la rue du Baleau, en contrebas du château de Rofessart.

« Chaque année, nous prévoyons de rénover un lieu du patrimoine historique de la ville. L’an dernier, c’était le calvaire de Céroux", poursuit Benoît Jacob. En impliquant les jeunes dans la valorisation et l’amélioration de leur quartier et de leur environnement, nous espérons développer leur sens de la citoyenneté. J’ai croisé dernièrement une fille qui a participé à la rénovation de la chapelle de Rofessart il y a deux ans. Elle m’a dit que chaque fois qu’elle passe dans le coin, elle fait le détour pour s’assurer que l’édifice n’a pas été tagué ! »

Conférence de presse

Amandine et Olivier ont rencontré la presse, le 4 août, à l’initiative de l’échevin de la Jeunesse. L’occasion d’une expérience supplémentaire : poser pour les photos, répondre aux interviews…

L’éducateur de rue Mustapha Kabuh, qui encadre les travaux pour le service Prévention de la Ville, nous a fait part de sa très grande satisfaction : les deux jeunes sont hyper motivés, et soigneux. Ils ont même pris la peine d’enlever les interrupteurs et les cache prises, pour ne pas risquer de les couvrir de peinture et pour les nettoyer.

A l’issue du chantier, les occupants du local - les élèves de l’école de devoirs et des cours d’alphabétisation, le groupe des Alcooliques Anonymes AA… - n’en croiront pas leurs yeux ! Le confort sera nettement amélioré. « Eté solidaire » porte vraiment bien son nom !

Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer