Conseil communal
Affichage pour les mal voyants

Hotel de Ville - Vie politique - 24.10.2016 - Marie-Claire Dufrêne

Le compte rendu de la séance du 18 octobre.


La séance débute par la remise de diplômes à deux citoyens lauréats du travail. Kriss Kasongo est diplômé (bronze) dans la catégorie « Avenir du métier », pour avoir effectué ses trois ans d’études et apprentissage en tant que matelot, au CEFA de Huy.

Georges Brutsaert (représenté par son épouse Marie-Christine Marcq, la responsable de la crèche La Benjamine) est diplômé (or) dans la catégorie « Engagement pour la profession », pour plus de 40 ans au service des architectes.

Le bourgmestre Jean-Luc Roland présente leur deux parcours et leur remet le livre de la Fondation wallonne « Les rues de Louvain-la-Neuve racontent… ». Ce cadeau, parce qu’un des lauréats habite la cité universitaire, l’autre y a travaillé, s’y est investi au sein de l’AH et réside à proximité (vieux Bruyères).

PST : Sport et Culture

L’échevin des Sport Benoît Jacob et l’échevin de la Culture David da Câmara Gomes proposent un bilan des actions - réalisées, en cours ou reportées - pour les matières qui les concernent, dans le cadre du Programme Stratégique Transversal « PST » de la majorité.

Pas de commentaires sur le fond, de la part de la minorité. Le conseiller Bernard Liétar remercie l’échevin des Sports pour sa présence à la réunion de la commission qui précède le Conseil, qui a permis à la minorité de prendre connaissance du dossier. A l’inverse, il reproche son absence à l’échevin de la Culture.

3e modification budgétaire

Le bourgmestre présente la 3e modification budgétaire de l’exercice 2016. Pour l’essentiel, il s’agit d’intégrer la diminution de 307.000€ du Fonds des Communes et l’augmentation de 190.000€ de la dotation à la zone de police, dont il a été question au Conseil de septembre.

« Au total, cette modification dégrade la situation de 389.000€. On va les prélever sur la grosse provision de 1.100.000€ que nous avions décidée lors de l’élaboration du budget, fin 2015 », annonce Jean-Luc Roland.

Bernard Liétar évoque le service extraordinaire et les crédits prévus de 23 millions d’euros, pour des engagements actuellement de l’ordre de 25%. « Si certains éléments ne seront pas dépensés d’ici la fin de l’année, pourquoi ne pas les utiliser ? »

Le bourgmestre répond que le budget extraordinaire est habituellement réalisé à 60%. En termes d’emprunts, cela représente aux alentours de 3,5 millions d’euros.

L’échevin des Finances David da Câmara Gomes calcule : si on retire le désenfumage (12 millions d’euros), le taux de réalisation du budget progresse d’un coup. Cela dit, il faut garder des marges de manœuvre jusqu’au 31 décembre, pour couvrir les éventuels avenants de l’exercice.

« Retirons le désenfumage, si on ne prévoit pas de l’engager. Un budget doit être sincère », rappelle Bernard Liétar.

La minorité s’abstient.

Woitrin et du Monceau

L’assemblée apprend que l’ASBL Aide et Soins à Domicile (ASD) va quitter ses locaux de l’avenue Reine Astrid. Ils sont la propriété de la Ville, qui envisage de rénover l’ensemble de l’îlot, à la place du Centre. Dès lors, on ne pourra pas relouer l’espace avec un bail de longue durée. Soit la Ville trouvera un occupant à titre précaire (le loyer sera donc réduit), soit elle occupera elle-même les locaux (les services de l’administration sont un peu à l’étroit).

Le bourgmestre propose de nouvelles dénominations pour des voiries publiques. L’esplanade des Congrès et la traverse de l’Aula porteront désormais les noms de « Cours Michel Woitrin » pour la première et « Traverse du comte Yves du Monceau » pour la seconde. Il s’agit de regrouper quatre des pères fondateurs de Louvain-la-Neuve : la place Raymond Lemaire et le boulevard André Oleffe se trouvent à proximité.

La conseillère Bénédicte Kaisin signale que la minorité aurait préféré une voirie plus emblématique pour le comte du Monceau. Jean-Luc Roland souligne l’importance de cette artère qui surplombera le lac, quand le projet Agora sera terminé. « Ce sera un très beau lieu ».

Subside aux Loupiots

L’échevine de la Petite enfance Julie Chantry annonce que la subvention à la halte-garderie du Buston « Les Loupiots » s’élèvera à 29,25€ pour le 1er semestre 2016. Ce montant peut sembler dérisoire, mais il faut octroyer le même montant à tous les milieux d’accueil (1,50€/jour/enfant domicilié à Ottignies-Louvain-la-Neuve). Or la halte-garderie n’ouvre qu’un après-midi par semaine.

Bernard Liétar rappelle qu’il ne trouve pas efficient d’accorder de si petites subventions, vu le travail administratif que cela représente. « Il faudrait fixer un plafond minimum », dit-il, avant de demander à l’échevine de bien vouloir se renseigner sur la forme juridique de cette halte-garderie.

Suivent, les votes d’une série de règlements taxes, pour lesquels la minorité s’abstient. Les centimes additionnels au précompte immobilier et la taxe additionnelle à l’impôt des personnes physiques (IPP) sont maintenus à leur niveau de 2016, pour l’exercice 2017.

Il est aussi question des budgets des fabriques d’église.

Une bonne rentrée scolaire

L’échevin de l’Enseignement Michel Beaussart fait le point sur la fréquentation des écoles communales (c’est une tradition, après la rentrée de septembre).

L’enseignement communal se porte bien. Même si on déplore une petite diminution du nombre d’élèves en maternelles à l’école de La Croix, et en primaires à l’école de Blocry.

« Au total, il y a 29 élèves en plus. Le but n’est pas d’avoir le plus d’élèves possible, mais de donner le meilleur enseignement possible », insiste l’échevin. « Néanmoins, il faudra prévoir des classes en plus à La Croix et à Limelette. »

« A La Croix ? », s’étonne la conseillère Nelly Roobrouck. « Le site ne permet pas d’agrandir l’école ! »

Michel Beaussart évoque le talus, qui pourra être raboté pour y construire un bâtiment, de telle sorte d’arriver à école de taille standard (5 classes maternelles et 7 classes primaires).

La conseillère Marie-Pierre Lewalle demande si la nouvelle école de Lauzelle pourra accueillir plus d’élèves. « Impossible ! Il aurait même fallu en refuser quelques-uns, mais comme la directrice, je n’aurais pas eu le cœur à le faire », répond l’échevin. « Ce succès montre bien qu’il faut une 2e école communale à Louvain-la-Neuve ! »

Participation citoyenne

Le débat s’envenime au sujet d’un point ajouté par les conseillers Nicolas van der Maren et Bénédicte Kaisin. Ceux-ci regrettent que la minorité n’ait pas été associée aux initiatives de participation citoyenne sur le projet de Schéma directeur du centre d’Ottignies (des ateliers urbains pour les riverains de la zone et des assemblées d’acteurs institutionnels). Ils accusent la majorité d’avoir intentionnellement omis de déposer le courrier d’invitation dans la boîte aux lettres du conseiller Dominique Bidoul, pourtant riverain de la zone.

Bénédicte Kaisin demande à ce que trois représentants de l’opposition puissent rejoindre ces assemblées participatives.

L’échevin de la Participation réagit vivement, dénonçant le procès d’intention qui lui est fait, lequel a été repris dans les médias locaux. « J’ai personnellement déposé l’invitation dans la boîte aux lettres de M. Bidoul, devant témoin. Vous me prenez pour un idiot ou quoi ?! »

La majorité explique comment elle a suivi les recommandations des bureaux d’étude, en décidant de ne pas associer le Conseil communal à la démarche. « En présence d’élus, les habitants n’osent pas parler. Cela dit, les élus habitant dans la zone ont été invités, puisqu’ils sont concernés par les aménagements. Jeanne-Marie Oleffe a fait le choix de ne pas venir. »

« Que je sache, ni le bourgmestre, ni le Premier échevin, ni l’échevin de la Culture ne résident au centre d’Ottignies. Ils ont pourtant assisté aux séances », constate la conseillère Nancy Schroeders.

« Au Collège, notre attitude a été d’être des observateurs. Aucun conseiller de la majorité n'a assisté aux séances », répond le bourgmestre.

« Les choses intéressantes que vous avez entendues, on voudrait les entendre aussi », poursuit la conseillère.

Pour la majorité, la porte n’est pas fermée. Elle a d’ailleurs répondu favorablement à la demande de participation du président du Conseil consultatif « Economie », lequel est un représentant du MR. « Plutôt que de contacter la presse en racontant des éléments inexacts, il suffisait que M. Bidoul demande de participer en tant qu’habitant. »

L’échevin de l’Urbanisme Cedric du Monceau remarque que trois Schémas en cours dans la vallée de la Dyle, c’est extraordinaire. Au passage, il mentionne que Wavre (NDLR : dirigée par une majorité MR) ne bénéficie pas d’une telle participation citoyenne.

Le Collège étudiera la demande de la minorité. « Je n’y suis pas favorable, vu l’attitude de la minorité. Mais nous n’avons rien à cacher », termine Michel Beaussart.

Rue Haute

Marie-Pierre Lewalle demande à être informée des suites du projet d’aménagement de la rue Haute.

L’échevin de la Mobilité David da Câmara Gomes détaille les résultats de l’enquête publique. La Ville a reçu 33 lettres collectives (41 signataires) et 21 courriers personnels. Quelque 47 réclamants sont en opposition totale et demandent un projet complètement différent, les autres sont moins critiques mais demandent des améliorations. Les réclamations portent surtout sur les parkings et le statut de zone résidentielle.

« Certains éléments, on va les entendre. D’autres non », prévient l’échevin. « La question de l’opportunité et du coût, ça sort du cadre. »

En revanche, le service Travaux a déjà retravaillé l’esthétique du projet, pour tenir compte des souhaits des riverains. Ainsi, les pavés gris seront remplacés par des pavés de béton blanc. Et il y aura davantage de pierres naturelles pour les filets d’eau et les places de stationnement.

« On devrait revoir les riverains entre le 14 et le 18 novembre, procéder ensuite à de nouvelles adaptations, avant de rentrer le plan modifié au fonctionnaire délégué. On s’achemine vers un projet de meilleure qualité, mais le choix de remplacer le revêtement hydrocarboné par des pavés engendrera un surcoût. »

David da Câmara insiste : des changements seront encore possible, même après l’obtention du permis. Certaines adaptations sont parfois nécessaires en cours de chantier. L’adjudication est espérée avant le 31 décembre.

Soutien aux commerçants de Mousty

En urgence, la majorité suggère de prévoir un budget exceptionnel de 9500€ pour une action en faveur des commerçants de l’avenue Provinciale (Mousty). Il s’agit de faire revenir les clients qui ont déserté cette voirie en chantier depuis le mois de mars. « Nous allons organiser une opération qui touche au cœur des gens », annonce l’échevin du Commerce Cedric du Monceau. Unanimité.

Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer