Au monument
Affichage pour les mal voyants

Apprendre - 08.11.2016 - Marie-Claire Dufrêne

Les élèves des écoles communales de Limelette et Limauges ont commémoré l’armistice signé le 11 novembre 1918 (marquant la fin de la Première Guerre mondiale), le 8 novembre devant le monument aux morts d’Ottignies. Aux côtés des autorités communales et des représentants des associations patriotiques.


Alors que les anciens combattants et prisonniers de guerre sont chaque année moins nombreux, la Ville a décidé de donner un nouveau souffle à ses manifestations patriotiques, en y invitant les élèves de ses écoles.

« C’est la raison pour laquelle nous avons choisi le 8 novembre, jour de classe, au lieu du 11 novembre, jour de congé, pour saluer ceux qui ont œuvré pour la défense de notre pays et le respect de la démocratie. »

L’échevine en charge des Associations patriotiques Annie Galban-Leclef s’est réjouie de la présence des élèves de 5e et 6e primaire des écoles communales de Limelette et Limauges. Elle leur a cédé le micro, pour qu’ils puissent témoigner du travail effectué dans leurs classes, sur la guerre 14-18.

« Dans le cadre du cours d’histoire, nous avons visité le centre d’interprétation « Plugstreet 14-18 experience » de Comines-Warneton, regardé des extraits de la série Apocalypse et de « C’est pas sorcier » sur la guerre 14-18 », explique Malorie Stiernon, institutrice à l’école de Limelette. « Nous travaillons beaucoup l’écriture. Pendant une semaine, je leur ai proposé de rédiger des textes sur ce qu’ils ont retenu de la visite, des documentaires... Certains ont imaginé des lettres de soldats à leur famille, d’autres ont écrit des poèmes… Nous avons retenu les textes les plus émouvants et nous nous sommes entraînés à les lire, pour la cérémonie. »

A l’école de Limauges, les élèves ont aussi vu l’émission « C’est pas sorcier » et regretté qu’il y était surtout question de la France. Ils ont alors sollicité le Cercle d’histoire local « Chago », pour savoir ce qui s’était passé en Belgique. Deux de ses membres, Jean-Pierre Losdijck et Cécile Lucas, ont répondu aux questions, en classe.

« Nous avons aussi fait des recherches sur nos tablettes, le nouvel outil de l’école, et trouvé les paroles de la Brabançonne, pour pouvoir les chanter à l’occasion de la cérémonie », ajoute Christel Lacroix, institutrice à Limauges.

Deux élèves se sont joints à l’échevine et aux représentants des associations patriotiques, pour déposer des gerbes de fleurs au pied du monument. Deux autres ont porté des drapeaux.
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer